Accueil » Accueil » Articles » Pourquoi et à quel âge la circoncision en Islam?

Pourquoi et à quel âge la circoncision en Islam?

Tableau oriental – Mosquée d’Istanbul

La circoncision en islam est une rituelle dans laquelle une partie du prépuce est amputée du mâle, c’est-à-dire la peau qui recouvre le gland du pénis. Elle est similaire à l’opération du phimosis pratiquée sur les enfants ayant des difficultés à retirer cette peau. Le rite est pratiquement universel parmi les croyants musulmans et juifs, ainsi que parmi les communautés chrétiennes d’Égypte et d’Éthiopie, mais il se produit également parmi les populations qui n’appartiennent à aucune de ces religions. Elle est généralement pratiquée sur des nourrissons ou des enfants, bien qu’elle puisse également être pratiquée sur des adultes qui souhaitent se convertir à une religion exigeant la circoncision.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

-10% DE RÉDUCTION SUR TOUTE LA DÉCO !

Et des bons plans en exclus!

I- La circoncision en islam

II-Historique

 La circoncision, appelée “al-jitan” en arabe, également appelée “tahara“, (littéralement “purification”, avec laquelle elle est étroitement liée dans la religion islamique), est une pratique répandue dans le monde islamique, et que son enracinement dans La théorie islamique n’est pas si évidente. En fait, il ne fait pas partie de ce qu’on appelle “les piliers de l’islam”. Dans tout le Coran , la première source de l’islam, comme on le sait-, il n’est pas expressément mentionné une seule fois, et encore moins pour dire qu’il fait partie de l’ensemble des pratiques à observer par tout bon musulman, à l’exception du générique mandat dans lequel Dieu ordonne au croyant de “suivre la religion d’Abraham”(C.16, 123). 

Après tout, le premier circoncis n’est autre que le fils qu’Abraham et de son esclave Agar, Ismaël, dont les Arabes, et par extension les musulmans, se sentent descendants. Dans le hadith, deuxième source de l’Islam, constitué de l’ensemble des paroles et des actes du Prophète compilés par une série d’auteurs plus ou moins canoniques, aucune littérature étendue, claire ou homogène n’est enregistrée. Seulement à titre d’exemple, et pour la parfaite mise en scène du décalage existant à cet égard, le très important imâm Nawawi dans “Le Jardin des Justes” recueille ces deux hadiths consécutifs. Dans le premier, 1208, il écrit :

            “Abu Hurairah raconte que le Saint Prophète a dit : “Ce sont les cinq exigences de la nature : être circoncis, s’épiler le pubis, se couper les ongles, s’épiler les aisselles et ne pas laisser pousser de poils au-dessus des lèvres”.

Là où comme on le voit, la circoncision fait partie des exigences de la nature. Dans la suivante, 1209, il écrit à la place :

  “Aïcha raconte que le Saint Prophète a dit : ‘Les exigences de la nature sont au nombre de dix : garder les cheveux courts sur les lèvres, faire pousser la barbe, se brosser les dents, se nettoyer le nez, se couper les ongles, se laver la base des doigts, s’épiler les poils des aisselles et du pubis, laver les parties affectées après l’action de la nature. appel.” Le narrateur de ce hadith dit qu’il a oublié le dixième, mais il pense qu’il s’est peut-être rincé la bouche.

 Là où, bien qu’elle soit plus étendue, la circoncision n’est cependant pas mentionnée parmi ces exigences.

Dans la troisième des sources islamiques, le Fiqh ou jurisprudence, le sujet est également traité. Il semble que des quatre grandes écoles juridiques [ madahib ], les Hanbali et les Shafi’i considéreraient la circoncision comme obligatoire : ces derniers promeuvent même la circoncision féminine, ce qui n’est pas exactement la même chose que la circoncision. Quant aux deux autres, le Hanafi et le Maliki, ce serait “Sunnah mu’akkadah” , c’est-à-dire non obligatoire mais fortement recommandé. Il y a aussi au sein de l’Islam, des tendances rebelles à l’égard de la circoncision, qui s’appuient sur le verset coranique dans lequel Dieu maudit celui qui« altérer la création de Dieu » (C. 4, 119).

Tableau islam-calligraphie moderne

II-En quoi consiste la circoncision ?

Le Coran ne contient aucune référence à la circoncision mais il est communément considéré qu’un musulman doit être circoncis, entre autres parce que la Bible attribue cet acte à Abraham, reconnu comme prophète par l’islam. De nombreux juristes islamiques considèrent la circoncision comme une simple recommandation et non comme une obligation, mais certains prédicateurs saoudiens en 1992 ont déclaré apostat un juge libyen qui s’est demandé si la circoncision faisait partie de l’islam.

En général, il est pratiquement impossible de trouver un musulman qui ne soit pas circoncis. L’opération est normalement pratiquée mais pas nécessairement  sur ceux qui se convertissent à cette foi à l’âge adulte. La circoncision habituelle dans l’Islam diffère quelque peu de celle pratiquée par les Juifs : seul le prépuce est étiré et coupé, généralement avec des ciseaux pointus. 

Bien qu’elle donne généralement lieu à une fête de famille, ce n’est pas une cérémonie religieuse en soi et n’importe qui peut pratiquer l’opération. Aucun âge spécifique n’est établi auquel cela doit être fait. Il y a des familles qui l’effectuent une semaine après la naissance de l’enfant, selon la pratique biblique, également attribuée au prophète Mahomet, mais dans de nombreux pays, elle est traditionnellement effectuée lorsque l’enfant a environ 7 ans. En tout cas, il doit être fait avant qu’il n’atteigne la puberté. Au cours des dernières décennies, il y a eu une tendance générale à le faire dans les premiers mois de la vie du bébé.

III- L’âge de circoncision en islam  

Peut-être faut-il enfin reconnaître que la circoncision a toujours été une pratique courante dans la péninsule arabique et dans tout le Moyen-Orient, et que bien qu’il s’agisse d’une pratique plus préislamique qu’islamique, elle est présentée aujourd’hui comme confondue entre les préceptes religieux islamiques, au point qu’un pourcentage très élevé de musulmans, très proche de 100%, sont, de fait, circoncis. Quant aux traditions qui s’y rapportent, il n’y a pas unanimité, comme dans le judaïsme. Pour commencer, il n’y a pas de rite proprement dit, et il se pratique de manière très différente selon les lieux. 

Dans certaines communautés, cela se fait le septième jour de la vie, d’une manière très similaire à la façon dont cela se fait dans le judaïsme, bien que la chose la plus normale soit que cela se fasse vers l’âge de sept/huit ans, un peu comme la première communion parmi les chrétiens. Dans d’autres endroits, il se produit lorsque l’enfant a pu lire le Coran du début à la fin, et dans d’autres encore plus tard, comme une sorte de rite d’introduction à l’âge adulte. Elle s’accompagne souvent d’une grande fête : ainsi, en Indonésie, le pays qui compte le plus grand nombre de musulmans au monde, on célèbre le soi-disant Perayaan Sunatan.

Suivre Arjazia:
Derniers billets de