Accueil » Accueil » Articles » L’avortement en islam

L’avortement en islam

Tableau islam calligraphie
Tableau islam – Calligraphie Mohamed

En règle générale, l’avortement en islam est considéré comme étant haram  (interdit), mais beaucoup de musulmans y compris des avocats, des experts en islam et des médecins  conviennent qu’il devrait être autorisé dans certains cas. En fait, dans tous les pays musulmans, c’est légal quand la vie de la mère est en danger. Mais parler du monde islamique, c’est parler de diversité, car, bien qu’ils partagent la même religion, les pays à majorité musulmane ne sont pas gouvernés de la même manière. L’islam est la religion majoritaire dans des dizaines de pays situés au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, et est la foi pratiquée par des millions de personnes dans d’autres parties du monde.

-10% DE RÉDUCTION SUR TOUTE LA DÉCO !

Et des bons plans en exclus!

Il y a environ  1,6 milliard de musulmans dans le monde. Dans certains pays, le système juridique est basé exclusivement sur  la charia (loi musulmane)  dans d’autres, la législation musulmane est combinée avec le droit civil et, dans d’autres, le système juridique n’est pas fondé sur la religion mais sur la laïcité. Dans cet article, nous analysons ce que l’islam dit exactement sur l’avortement et comment il est appliqué dans certains pays musulmans.

I- L’avortement  en islam: Que dit le coran?

Le Coran, le livre sacré de l’islam, et le hadith, qui est l’ensemble des traditions et des idées attribuées au prophète Mahomet, sont les textes qui guident la vie de tous les musulmans. Sami El Mushtawi, chef du département culture du Centre culturel islamique a expliqué qu’il  n’y a pas de paragraphe explicite dans le Coran qui parle d’avortement. Cependant, il y a un verset qui dit :“Ne tuez pas vos enfants par peur de la pauvreté. C’est Nous qui pourvoyons à eux, et vous aussi. Les tuer est un grand péché.” “Ce verset signifie que vous ne pouvez pas vous faire avorter parce que vous craignez de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de vos enfants ou de leur donner une vie décente”, déclare El Mushtawi. Cependant, toutes les facultés de droit musulmanes acceptent que l’avortement soit pratiqué si la poursuite de la grossesse  met en danger la vie de la mère. “(Oui) des médecins dignes de confiance, honnêtes et sensés accréditent cette situation, dans ce cas la vie de la mère est plus importante puisque c’est déjà la vraie vie”, déclare le spécialiste. “La vie de la mère doit être sauvée”, dit-il.

II-L ‘avortement d’un point de vue islamique

Quand un avortement peut-il être pratiqué dans une perspective islamique ? Qui décide ? Et à partir de quand le fœtus doit-il être considéré comme un être indépendant ? Un apport technique.

Le sujet de « l’avortement » dans l’Islam est devenu extrêmement intéressant d’un point de vue sociopolitique ces derniers mois et semaines. Il s’agit moins de questions purement médicales, mais surtout de deux positions fondamentales opposées : d’une part, l’attitude quant à savoir si la femme enceinte a seule la responsabilité et la souveraineté de décider de l’enfant qui grandit et de ses perspectives de vie, et d’autre part, l’attitude que la vie à naître dans tout stade et à préserver en toutes circonstances.

Tableau islam bismillah-gris
Tableau islam – Bismillah

Des difficultés et des problèmes considérables sont pris en compte dans les deux postes. Le fait que l’enfant à naître soit, éthiquement parlant, un être humain à part entière interdit de l’exposer entièrement à l’arbitraire de la planification individuelle de la vie de la mère jusqu’à un certain point. Cependant, il existe de nombreux cas difficiles. Surtout lorsque la vie de la mère est en grave danger lors de la naissance de l’enfant en question, ou – comme c’est actuellement le cas aux USA – une femme enceinte encore mineure après avoir été violée ne veut pas porter l’enfant en question à terme. À ce stade, il devient clair que des positions maximales idéologiquement justifiées sans examen attentif conduisent toujours à une injustice éthiquement justifiée et à des situations humainement intolérables. Si l’on examine maintenant les considérations pertinentes d’un point de vue islamique, on trouvera d’abord une distinction étonnamment finement structurée dans plusieurs cas de base, qui seront également discutés au cours de l’article.

III-L’AVORTEMENT EST-IL AUTORISÉ EN ISLAM ?

Dans l’islam, on ne parle d’être humain complet que lorsque l’âme est également insufflée dans le corps. Les traditions pertinentes du Prophète Muhammad (s) sont ici sans équivoque : L’âme dans le ventre de la mère est unie au corps de l’enfant, qui en est aux premiers stades, au plus tôt 40 jours après la conception effective. Selon certains chercheurs, l’âme n’est ajoutée au corps développé au début qu’après 120 jours. Par conséquent, toutes les opinions classiques sur l’avortement varient en taille avant 40 jours après la conception, entre 40 et 120 jours et après 120 jours.

Tableau islam-calligraphie moderne
Tableau arabe – Calligraphie triptyque

1-Quelle est la différence entre la position islamique de base et les vues occidentales ? Il existe principalement trois différences importantes :

  • La base de toutes les décisions est l’existence d’un enfant émouvant et viable dans les premiers stades. Cela signifie que dans la théologie islamique, on parle d’un corps dans le corps avant la colonisation, qui, cependant, ne peut en aucun cas revendiquer les mêmes droits qu’un enfant clairement doté d’une âme, même s’il n’est pas encore né. Le fait que, selon tous les savants, un enfant à naître avec une âme doit être pris en compte dans la répartition en cas d’héritage, et que la taxe Fitra doit également être payée pour lui au mois de Ramadan, montre clairement qu’il n’est plus seulement une question de droits de la mère ou de l’enfant.
  • Si un fœtus ne s’installe pas correctement dans l’utérus, ou s’il est si mal développé, selon un médecin spécialiste, qu’il ne peut pas être viable, alors cela ne s’appelle généralement pas un avortement au vrai sens du terme. Les restrictions habituelles qui devraient être observées théologiquement dans le cas d’un avortement ne s’appliquent pas non plus ici.
  • Si un enfant aux premiers stades de développement dans le ventre de sa mère se développe normalement et que 40 jours se sont écoulés, selon l’opinion majoritaire des érudits islamiques, un avortement n’est considéré comme éthiquement inoffensif que pour deux raisons principales. D’une part, si la vie de la future mère est menacée lors de l’accouchement, ou s’il existe des raisons éthiques d’interrompre la  CE.
Suivre Arjazia:
Derniers billets de